De cinéma et de pop corn, De la vie palpitante d'une fille pas palpitante, De séries et d'addictions, De vêtements et de chaussures

“What” & The City

Quand j’avais treize ans, je regardais Sex & The City sur M6. Et je rêvais de partir et d’avoir une vie aussi chouette que celle de Carrie, d’avoir une bande de copines avec qui déjeuner le midi et sortir le week-end, d’écrire pour un magazine et d’avoir plein de prétendants. Et puis d’avoir l’impression de posséder la ville, pas forcément New York mais au moins Paris. Comme Carrie, je voulais passer de la petite fille de province à une citadine super stylée.

Je suis partie, j’ai tracé ma route vers Paris. Mais c’était trop facile : une chambre m’attendait, de la famille m’accueillait. En gros, j’étais (et je suis toujours) logée, nourrie, blanchie. Je suis déjà loin des petits déboires de Carrie Bradshaw. Je ne suis pas du tout indépendante quoi, contrairement à elle. Je m’imaginais déjà me balader dans Paris, connaître la ville par cœur au bout d’un mois et sortir tous les week-ends. Au bout de deux ans, j’ai toujours l’air d’une touriste qui se ballade sur les Champs. On me surprend avec des adresses très sympa et moi je ne peux que citer Starbucks. Je connais le métro, sûrement parce que je passe plus du temps sous Paris que dans la ville. Et ce ne sont pas les bars que j’écume mais plutôt les salles obscures. J’ai troqué mon envie de faire la fête contre l’envie de voir du cinéma, et d’en voir toujours plus. C’est tout de suite moins glamour. Tu sors d’un bar, t’as l’air joyeux et un peu éméché, tu sors d’un cinéma, t’as parfois de la bave au menton et les yeux bouffis.

Et j’ai des amis, et on sort. Mais je n’avais jamais pensé que l’université me prendrait autant de temps, je me sens encore trahie par ce mensonge comme quoi on peut sécher quand on veut là-bas. Et puis on sort, mais pas comme Carrie et ses copines, parce que ça coûte cher ! Carrie, elle doit avoir un super salaire en fait. C’est sûr, elle s’achète des Manolo Blahnik. Moi, je m’achète du Zara (et encore je m’estime heureuse de pouvoir dépenser là-bas mes quelques sous). Et vu que j’ai des lacunes, que je me sens Parisienne autant que j’ai des origines chinoises (c’est-à-dire zéro, nada), quand on se promène c’est pour découvrir de nouveaux endroits, ou faire des expositions. Mais c’est cool, j’ai une vie chouette avec mes amis. Et j’ai des amis chouettes.

Et je vis encore moins Sex & The City, parce que les relations amoureuses j’en ai pas vraiment. Je suis une handicapé sentimentale. Quand je pense être attirée par un garçon, c’est juste parce que je sais que je lui plais et ça me flatte alors dans ma tête je me dis « pourquooiiii paaaas ? ». Du coup, ça flirte et ça parle, et puis plus rien. Au final, il m’énerve et je deviens méchante, je suis vraiment une connasse parfois, mais je vous promets que je ne le fais pas exprès. Et puis, je veux épouser un garçon avec l’accent anglais, pas un bourgeois du 16ème. De toute façon, je veux être Carrie, pas Samantha.

Je voulais être stylée… C’est peut-être le seul truc que j’ai l’impression d’avoir réussi. Parce que j’ai mon style, un peu comme Carrie a le sien, et que je me sens bien dedans. Je ne claque pas 1000€ tous les mois en vêtements, comme j’ai pu souvent le rêver, mais je ne suis pas en manque. Mon seul problème reste le maquillage, parce que je n’ai pas le courage d’apprendre à me rendre joli et je préfère m’acheter des chaussures plutôt que du fard à paupière. Et puis je ne sais pas comment certaines filles font pour toujours être jolies, parce que quand je commence à 8h30 les cours, je n’ai pas envie de me lever à 6h pour choisir les vêtements les plus cools ou me torturer les cheveux pendant vingt minutes. Je ne préfère même pas parler de mes cheveux. Et puis Carrie, elle est toute mince mais on la voit pas faire du sport, c’est quoi son secret ? (Mais je ne la trouve même pas jolie Sarah Jessica Parker).

Je n’ai pas la vie dont je rêvais à Paris, mais elle me convient comme elle est : les études, le cinéma et voir des amis. De toute façon, aujourd’hui, je préfère attendre le Doctor et partir avec lui dans l’univers et le temps. Voyager, c’est mieux que d’avoir l’impression de posséder une ville. Et peut-être que la vie dont je rêvais à Paris, je la vivrais ailleurs quand je serais prête (je sais pas, à Londres par exemple).

Publicités
Par défaut
De visiter le monde

Neige, créatrice d’emmerdes.

Ne vous méprenez pas : j’aime beaucoup la neige, autant que j’aime mon chat. J’exagère, surement un peu, beaucoup. Je sais apprécier la neige, après tout ça n’arrive pas souvent que j’en vois autant, puisque je n’ai jamais eu la chance de partir en vacances d’hiver, apprendre à dévaler (plutôt tomber et me casser une jambe) les pistes. Donc quand il neige, je suis contente. Ça fait krunk krunk quand on marche dessus, de jolis flocons me tombent sur les cils. Quand il neige, j’ai à nouveau cinq ans.

Mais cette année, elle ne pouvait pas tomber mieux ! Il a fallut qu’elle tombe avant mon départ à Londres. Oui, vous vous souvenez à la fin de mon article sur les valises où je vous promettais de revenir avec un article sur Londres ? Mes pauvres, vous allez devoir attendre puisque la neige a bloqué le trafic des trains, en particulier les Eurostars. En fait, ils ont juste annulé tous les trains le jour où on devait partir. (Je me suis longuement demandé pourquoi « karma is a bitch »)   Après avoir pleuré toutes les larmes de mon corps dans le bus, je me suis fait une raison et j’ai décidé d’haïr la neige, mais l’an prochain je serai contente de revoir ses petits flocons. Parce que ce n’est pas vraiment la faute de l’Eurostar. Mais je pense que de nos jours, surtout que l’on a pu remarquer au fil des ans qu’il neige de plus en plus et pas seulement à la montagne, ils devraient mettre en place un système de train qui fonctionne lors de grosses crises comme celle que l’on vient d’avoir. On est au XXIème siècle, et on arrive encore à se retrouver coincés à cause de 15 cm de neige.  Bon, 30cm de neige. Mais cela reste quand même gênant, à cause de ses problèmes météorologiques, on a perdu de l’argent, le billet d’une exposition et l’auberge de jeunesse. Mon titre exprime donc mon mécontentement.

Heureusement, on a pu échanger nos billets. On va dire que c’est un mal pour un bien car au lieu de partir deux jours, nous y resterons trois jours complets et je pourrais surement aller voir l’homme de ma vie chez Madame Thussaud. Bon ok, les hommes de ma vie.

Si toi aussi, la neige t’a bien emmerdé ces derniers jours, tu peux exprimer ta colère par commentaire. Avec joie et vulgarité, j’y participerai.

Par défaut
De rien du tout, De visiter le monde

L’enfer, c’est les valises.


Source : Tumblr

Me voilà armée de mon thé, ma bouillotte et FRIENDS pour non pas vous parler des règles, cette période du mois où les femmes perdent foi en l’humanité, mais rassurez-vous un jour je vous en parlerai. Les filles pourront approuver et les garçons vous le lirez d’un air dégoûté.

En ce mois de janvier congelé, je vous imagine vous imaginer en train de bronzer près de la mer sous le soleil du mois de Juillet. Vous avez hâte, non ? Comme tout le monde. Même si sous nos 50°C (imaginaires), on va pleurer qu’il fait trop chaud et qu’on veut courir nus dans la neige. Mais partir en vacances, ça veut aussi dire qu’il faut faire sa valise et là ça se corse. La corvée des bagages, c’est chiant et ça demande un diplôme en logistique ou d’avoir fini tous les niveaux du Tétris. Faire sa valise, c’est un peu la partie énervante des vacances parce qu’il faut d’abord choisir ce que l’on va prendre, puis réussir à tout faire rentrer dedans, étrangement elle est toujours trop petite. Et après arrive le cliché de la personne essoufflée assise sur sa valise, et c’est plutôt drôle de se comparer à Médusa dans Bernad et Bianca. Et puis il y a ceux qui la font un mois à l’avance pour les fous de l’ordre et de l’organisation, ceux qui attendent le dernier moment et qui inévitablement oublient des trucs, et ceux qui commencent tôt et terminent trente minutes avant le départ et qui inévitablement oublient des trucs aussi. Mais voilà, vous avez enfin fermé votre valise et vous voilà dans votre grand Palace. Bon voyage !

Voilà, vous avez passé une ou deux semaines sous le soleil des tropiques, vous avez pris de beaux coups de soleil, acheté des souvenirs pour Papy Michel et Mamie Gertrude et vous avez bien éparpillé toutes vos affaires dans la chambre. Il faut refaire sa valise. Il faut dire adieu aux vacances par ce geste symbolique. C’est triste, c’est déprimant mais c’est comme ça. Faire la valise au retour est trois fois plus chiant que de la faire pour partir : primo, on retrouve le train-train quotidien; deuzio, on reprend les arguments précédents et tertio; vous avez deux fois plus de trucs à faire rentrer dans ta valise parce que vous êtes trop généreux vous avez des souvenirs pour toute la famille, même si vous gardez les plus beaux trucs pour vous. Là, il faut en plus d’avoir besoin d’un diplôme en logistique, il faut travailler à la NASA pour réussir à fermer cette valise. Mais ce désespoir face à la corvée des bagages du retour n’est rien comparé aux beaux souvenirs avec lesquels vous repartez. Puis sérieusement, jamais on ne se privera de vacances juste parce que faire la valise nous emmerde ! C’est juste un petit obstacle pour atteindre le Paradis.

Sur ces mots, je vais aller essayer de faire mon bagage pour mes deux jours à Londres, deux jours c’est rien mais je sais que je vais encore partir surchargée, comme d’habitude, c’est mon fléau. Et attendez vous à avoir un prochain article sur Londres, la capitale que j’aime tant. Goodbye.

Par défaut